Pour créer des PME en Algérie: REAGE cherche des appuis

Pour créer des PME en Algérie: REAGE cherche l’appui des pouvoirs publics

Après avoir visité durant trois jours de nombreuses entreprises algériennes et rencontré des responsables du secteur économique, la délégation de REAGEgalareage08qa8 a organisé, dimanche dernier à l’issue de cette visite, une rencontre «networking» à l’Ecole supérieure des affaires d’Alger ESAA.

Lors de cette rencontre «networking», à laquelle ont pris part également le président de la Chambre algérienne d’industrie et de Commerce, M. Brahim Bendjaber, et le DG d’Algex, M. Benini, de nombreux jeunes porteurs d’idées ont tenu à faire part et partager leurs ambitions de créer et de monter des PME en Algérie. Ces jeunes entrepreneurs ont eu, durant les trois jours de la visite, faut-il le rappeler, à rencontrer des responsables avec lesquels les opportunités d’affaires ont été évoquées, mais aussi à voir de près l’économie algérienne. Le président de cette association qui existe depuis 4 ans, M. Fetah Ouazzane, a affirmé en marge de la rencontre que l’Algérie recèle un potentiel énorme qu’il faut exploiter ; mais «l’urgence pour le moment, c’est d’éliminer un certains nombre d’obstacles qui bloquent l’entreprenariat». Il estime qu’«il ne faut pas mettre des dispositifs contraignants mais plutôt des dispositifs de motivation et incitatifs pour permettre à ces cadres de revenir».

Il a souligné aussi que les pouvoirs publics doivent prendre le problème [de la fuite des cadres] à bras-le-corps et ils commencent déjà à se manifester», précisant que «le président de la République l’a rappelé à plusieurs reprises et c’est dans ce cadre que nous avons organisé ce voyage». Le président de REAGE espère par ailleurs voir cette association devenir «un véritable carrefour entre les Algériens de l’intérieur et les Algériens de l’extérieur car, selon lui, «l’Algérie compte un nombre important de cadres à l’extérieur du pays, environ 400 000 cadres dans le monde, et toutes ces compétences peuvent aider les entreprises algériennes à s’internationaliser». De leur côté, les responsables d’Algex et de la Caci, durant leur intervention, n’ont pas hésité à parler des potentialités qui existent en Algérie mais également des agrégats économiques qui sont au vert. Cependant, ces derniers ne cachent pas outre mesure que des obstacles existent. Cette association, qui ambitionne de baliser le terrain pour les compétences activant à l’étranger et de les mettre en contact perpétuel avec les acteurs de l’économie algérienne, a élaboré également un programme pour cette année. Il s’agira d’organiser le 23 mai prochain à Paris une journée dédiée aux PME algériennes. Cette journée, nous affirme M. Ouazzane, sera une occasion pour les PME comme les cadres algériens de nouer des relations d’affaires.

Le deuxième événement qui sera organisé par REAGE cette année a trait à la troisième édition du forum annuel le 7 novembre prochain. Ce forum est perçu aussi comme une autre opportunité pour les cadres algériens vivant dans différents pays pour rencontrer des entreprises algériennes et internationales.

La Tribune Online

Publicités

4 Réponses

  1. nous avons l’impression que le temps s’arrête lorsqu’il s’agit de parler de l’economie ,nous rencontrons les mêmes
    phrases ,les memes mots et les memes slogan depuis des années ,il s’agit de la fuite de cadres
    Je suis curieux de connaitre votre proposition pour faire revenir ces cadres ;
    Qu’ a t on fait pour ceux qui sont encore là et qui n’ont pas pu s’enfuir
    Notre systeme est malade ,il est mal conçu
    notre economie n’est pas gérée

  2. bjr. avt de chercher l’integration des PME algerienne dans l’économie mondial; il faut d’abord réussir son integration ds l’économie local dont je trouve que c’est pratiquement impossible a cause des contraintes externes et bien evidemment interne. étant économiste; je propose l’insertion de la PME ds un programme de developpement local qui exprime les besoins de ttes les parties concernées par ce dernier y compris celle des PME. c comme ça quand va garantir la réussite de tt types d’entreprise sur le plan local (willaya, commune….); national( l’algerie); puis viendra avec le tps l’internationnal qui sera le résultat logique des efforts fournies localement. en sacahnt que ce qui freine l’économie algerienne et la rendent dépondante sur tt les plans c lincapacité de nos entreprises de satisfaire la demande local sur plan quantité; qualité; prix sans oublier le tps.

    concernant la fuite des cerveaux; je vais vous poser une question. est ce que l’état est prete a prendre en charge c cerveaux c. a dire ds le sens propre du mot. je vais vous répondre. l’état ce quelle est entrain de faire a l’heure actuelle avec sa politique et de faire fuire ce qui est existant déja. si elle croit qu’on ajoutant 8000DA aux salaires d’enseigants de luniversité; elle a fait quelque chose et
    ben elle se trompe. un débutant qui a tte une grande préparation de son avenir dvt lui il lui ajoute 8000DA ET 6000da. hahahaha. un enseigant qui sort a la retaite aprés quelques mois et qui a fait le nécessaire ds sa vie et ds un contexte plus meilleurs que le notre il va etre bien rémuneré je crois que c injuste. wallah injuste. je ne veux dire que nos enseignats ne mérite pas ça non. mais il a fallu nous donner plus dimportance. mais dommage. bref, se moquer des cerveaux ds leurs pays ne suscitera jamais et ne poussera jamais ceux qui sont a l’occident de penser a venir un jour ds tt les cas de figure car il n’ya que de linjustice. voila mon avie.

  3. bjr. avt de chercher l’integration des PME algerienne dans l’économie mondial; il faut d’abord réussir son integration ds l’économie local dont je trouve que c’est pratiquement impossible a cause des contraintes externes et bien evidemment interne. étant économiste; je propose l’insertion de la PME ds un programme de developpement local qui exprime les besoins de ttes les parties concernées par ce dernier y compris celle des PME. c comme ça quand va garantir la réussite de tt types d’entreprise sur le plan local (willaya, commune….); national( l’algerie); puis viendra avec le tps l’internationnal qui sera le résultat logique des efforts fournies localement. en sacahnt que ce qui freine l’économie algerienne et la rendant dépondante sur tt les plans c lincapacité de nos entreprises de satisfaire la demande local sur plan quantité; qualité; prix sans oublier le tps.

    concernant la fuite des cerveaux; je vais vous poser une question. est ce que l’état est prete a prendre en charge c cerveaux c. a dire ds le sens propre du mot. je vais vous répondre. l’état ce quelle est entrain de faire a l’heure actuelle avec sa politique et de faire fuire ce qui est existant déja. si elle croit qu’on ajoutant 8000DA aux salaires d’enseigants de luniversité; elle a fait quelque chose et
    ben elle se trompe. un débutant qui a tte une grande préparation de son avenir dvt lui il lui ajoute 8000DA ET 6000da. hahahaha. un enseigant qui sort a la retaite aprés quelques mois et qui a fait le nécessaire ds sa vie et ds un contexte plus meilleurs que le notre il va etre bien rémuneré je crois que c injuste. wallah injuste. je ne veux dire que nos enseignats ne mérite pas ça non. mais il a fallu nous donner plus dimportance. mais dommage. bref, se moquer des cerveaux ds leurs pays ne suscitera jamais et ne poussera jamais ceux qui sont a l’occident de penser a venir un jour ds tt les cas de figure car il n’ya que de linjustice. voila mon avie.

  4. kech soiré les jeunes?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :