Nouvelle reglementation pour importateurs en algerie

Une réglementation sera adopté pour l’organisation des activités des importateurs étrangers basés en Algérie.

vendredi 6 février 2009.

Les importateurs étrangers en Algérie. Un nouveau dispositif relatif à l’organisation de l’activité des entreprises importatrices étrangères installées en Algérie est en cours d’élaboration, a annoncé jeudi à Alger le ministre du Commerce, M. El Hachemi Djaaboub. Les mesures prévues par ce dispositif stipulent que ces sociétés étrangères commerciales devront associer des entreprises importatrices algériennes à hauteur de 30% au minimum dans leur capital, a précisé le ministre lors d’une journée d’information sur la Zone arabe de libre échange (ZALE).

Dans ce sens, le projet de décret contenant ces nouvelles dispositions va s’appliquer à l’ensemble des entreprises étrangères installées en Algérie qui activent dans l’importation des matière premières, des produits destinés à la revente en l’état et d’autres marchandises, ont indiqué de leur côté des responsable auprès du ministère du Commerce présents à cette rencontre. Selon eux, il s’agit d’opérer ’’un meilleur assainissement des activités de commerce extérieur en Algérie’’. En vertu de ce futur dispositif, les entreprises étrangères déjà opérationnelles auront un délai jusqu’au dernier trimestre 2009 pour se mettre en conformité avec ces nouvelles dispositions, précisent-ils.

D’après APS

Elle concerne des poids lourds de l’importation comme Renault et Peugeot: la circulaire Ouyahia qui inquiète les groupes étrangers REVELATIONS

Par ali idir , le 10/02/2009 | réactions : 84 6624 visites

A qui va profiter la décision du gouvernement d’obliger les sociétés commerciales étrangères à associer à hauteur de 30% dans leur capital des entreprises algériennes d’importations ? Depuis son annonce, jeudi 5 février, par le ministre du commerce Hachemi Djaâboub, la nouvelle focalise les discussions dans les milieux d’affaires nationaux et étrangers, suscitant des convoitises d’un côté et des inquiétudes de l’autre.

La décision, dont l’application est rétroactive, touche en effet des «poids lourds» de l’importation comme Renault, Peugeot ou encore des groupes comme CFAO et Schneider Electric. Elle concerne également un business de près de 40 milliards de dollars, représentant la facture d’importation de la seule année 2008. Cette facture devrait augmenter durant les prochaines, sous l’effet des différents programmes d’investissements publics en cours ou qui seront lancés. Avec la nouvelle circulaire, le gouvernement veut obliger les sociétés commerciales étrangères à partager leur gros gâteau avec des Algériens. Mais lesquels et à quelles conditions?

«Cette nouvelle règle va profiter aux amis du pouvoir, les personnalités influentes et les spéculateurs», déplore un chef d’entreprise algérien. Des cabinets étrangers ont déjà entamé la prospection parmi les milieux proches du pouvoir pour trouver des candidats qui accepteront de jouer le jeu : prendre 30% du capital d’une société étrangère d’importation et fermer les yeux sur la gestion et le transfert des devises. «Ces cabinets cherchent des actionnaires passifs pour leurs clients occidentaux. Les enjeux sont énormes. Ils leur proposent une rente de 30% en échange d’une signature et d’une présence dans le capital de la société, tout en s’engageant à ne pas s’immiscer dans sa gestion», explique un proche des milieux d’affaires étrangers en Algérie.

Les entreprises étrangères sont déjà sur le pied de guerre. «Elles craignent beaucoup pour leur avenir en Algérie et du coup, elles cherchent des actionnaires influents qui leur épargneraient des problèmes avec le gouvernement», explique le même chef d’entreprise. D’autant que le temps presse.

En effet, l’instruction du premier ministre Ahmed Ouyahia, entre en vigueur le 1er mars. Elle sera appliquée en deux étapes. A partir du 1er mars 2009, les entreprises étrangères ne pourront plus créer de filiales locales détenues à 100% par la maison mère et doivent associer des sociétés algériennes. La seconde étape s’achèvera le 1 septembre 2009. Les sociétés commerciales importatrices étrangères devront se conformer à la nouvelle réglementation, en ouvrant leur capital à des Algériens.

Cette instruction dont les textes d’application sont en cours d’élaboration devrait être adoptée par ordonnance présidentielle, selon des informations recueillies par TSA auprès d’une source proche du gouvernement. Interrogé par TSA (www.tsa-algerie.com), la direction de Renault en France n’a pas souhaité faire de commentaire. Elle attend les modalités d’application de la décision du gouvernement pour se prononcer. Peugeot n’a pas été en mesure de répondre.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :