Les patrons français veulent rester en Algérie

Les patrons français en Algérie, choqués par l’attentat qui a coûté la vie à un expatrié, l’ingénieur Pierre Nowacki, dimanche à Beni-Amrane, ont affirmé à l’AFP vouloir rester en Algérie et ne pas céder à la panique. «Il y a une grande émotion dans les milieux d’affaires français, mais les entreprises françaises ne céderont pas à la panique et au chantage des groupes armés. Elles ne changeront pas leurs plans d’investissment», a déclaré le président de la Chambre française de commerce et d’industrie en Algérie (CFCIA) Michel de Cafarelli.

Le double attentat, dans lequel Pierre Nowacki est mort à l’âge de 57 ans, a visé dimanche l’entreprise française de BPT Razel. Il a au total fait 13 morts selon des sources locales, deux morts selon une source gouvernementale.

La France est le premier investisseur étranger hors hydrocarbures en Algérie. Le stock d’investissements directs français, estimé à 1,75 milliards d’euros en 2007, a augmenté d’environ 155 M EUR par rapport à 2006, selon la CFCIA. Le nombre de filiales d’entreprises françaises implantées en Algérie a triplé en trois ans, dépassant 300 en 2008, dont 250 bureaux d’étude. Elles emploient directement près de 30.000 personnes et génèrent plus de 100.000 emplois indirects, selon la CFCIA.

Le patron de la Société Générale Gerald Lacaze a indiqué qu’il n’avait reçu aucune demande de rapatriement de la part des quinze expatriés employés par sa banque depuis l’attentat de Lakhdaria. La société de BTP Razel, qui employait M. Nowacki, a pour sa part rapatrié temporairement trois de ses cadres français. Claude Joly, président de la section algérienne des conseillers du commerce extérieur de France, un club informel de chefs d’entreprises comptant une vingtaine d’adhérents, a assuré que le double attentat contre Razel n’affecterait pas la présence économique française en Algérie. « On est choqué et malheureux, mais ces attaques imprévisibles n’auront pas d’impact négatif sur la présence économique française en Algérie et aucune entreprise ne renoncera à ses projets », avance Claude Joly, directeur de LU Algérie (biscuits).

« Le retour des attentats est inquiétant, mais ne remet pas en cause notre présence et notre plan de développement en Algérie », affirme Gérald Lacaze. Implantée en Algérie depuis 1999, Société Générale dispose d’un réseau bancaire de 49 agences à travers le pays. Elle emploie 1.100 personnes dont 15 expatriés, a-t-il précisé.

Parmi les principaux partenaires français de l’Algérie figurent notamment la RATP (Régie autonome des transports parisiens) et Alstom (métro et tramways d’Alger, de Constantine et d’Oran), Total (exploration pétrolière et pétrochimie), Accor (Tourisme), Société Générale et BNP Paribas (banque), Lafarge (ciment, BTP), Saint-Gobain (matériaux de construction), Areva (électricité), Suez (eau) et Aéroports de Paris (gestion de l’aéroport d’Alger). Quelque 200 entreprises françaises participent actuellement à la Foire Internationale d’Alger.

AFP

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :