« Harragas », un avenir à tout prix

« Harragas », un avenir à tout prix

On les appelle les « harragas », mot dérivé de « resquiller » et de « brûler » (dans le sens de « brûler les étapes », et sans doute la vie). Pas un jour ne passe sans que la presse se fasse l’écho de ces tentatives désespérées d’Algériens candidats à l’émigration clandestine, faute de visas. Rares sont ceux qui réussissent à poser le pied de l’autre côté de la Méditerranée. Les uns sont interceptés en mer, les autres repêchés à l’état de cadavres. D’autres encore, beaucoup d’autres, sont portés disparus.

Depuis trois ans, le phénomène des harragas explose en Algérie. Oran, capitale régionale de l’Ouest, n’est plus la seule Mecque des candidats au départ. Annaba, proche de la frontière tunisienne, lui fait désormais concurrence.

En fait, les 1 200 kilomètres de côtes que compte l’Algérie sont tous une invite à l’exil. Le nombre des harragas algériens interpellés – donc sauvés – par les gardes-côtes a quintuplé depuis 2005 : de 335, ils sont passés à 1 016 en 2006 et 1 568 en 2007, selon les autorités algériennes.

Nombreux sont les « multirécidivistes », terme adéquat puisque ces candidats à l’exil sont traduits en justice lorsqu’ils se font capturer. Pourtant, rien ne les freine, pas même le plein hiver, la mer et les nuits glaciales qui accroissent considérablement les risques.

Leurs histoires se ressemblent toutes. Ils sont six, dix, parfois quinze, entre 18 et 30 ans, souvent habitants d’un même quartier, à mettre leur projet au point. Un passeur leur a fait miroiter un emploi en Espagne ou en Italie. C’est à eux, les candidats à l’exil, qu’il revient de se cotiser pour acheter une barque de 5 à 6 mètres, un moteur, des gilets de sauvetage, un GPS et des bidons d’essence.

En attendant que les conditions météo soient propices, ils enfouissent leur barque dans le sable sur une plage peu fréquentée. Le moment venu, ils partent, sans même dire au revoir à leurs familles, sans doute pour ne pas les plonger dans l’angoisse.

« Contrairement à ce que l’on croit, ce n’est pas une pulsion de mort, mais de vie, qui anime ces harragas », souligne Mustapha Benfodil, journaliste à El Watan, qui a enquêté sur ce sujet dans la région d’Oran. Il coûte en effet aux harragas l’équivalent de 1 000 euros minimum par personne, voire le double, pour partir, en fonction de la qualité de la barque, du moteur, du passeur, etc. « Ils ne mettraient pas une pareille somme s’ils ne croyaient pas qu’ils avaient une sérieuse chance de réussir », insiste M. Benfodil.

Les harragas constituent désormais « un véritable business pour des filières organisées de trafic humain », estime le journaliste. Les rabatteurs disposent de complicités dans le pays de départ (l’Algérie) et les pays d’arrivée (le plus souvent l’Espagne et l’Italie). « Ce sont des « pros », qui savent pertinemment qu’ils envoient ces jeunes à l’échec ou à la mort. J’ai vu des harragas largués en mer avec un moteur de pacotille. Pourtant, ces jeunes n’étaient pas suicidaires », raconte-t-il.

Contrairement aux idées reçues, les harragas ne sont pas des chômeurs. Beaucoup ont un emploi ; ce sont parfois même des étudiants ou des fonctionnaires ayant un statut social dans leur ville ou leur région. Bien que minoritaires, les femmes sont de plus en plus nombreuses à tenter, elles aussi, la traversée de la Méditerranée. Les uns et les autres se disent persuadés qu’en Europe leur vie sera meilleure et, surtout, qu’ils n’ont « rien à perdre ».

Pour le sociologue Zine-Eddine Zemmour, enseignant à l’université d’Oran, ces harragas ne sont pas des rêveurs. D’une certaine façon, ce sont des « entrepreneurs », des « personnages héroïques », qui savent parfaitement ce qu’ils font, estime-t-il.

Pour lui, ces candidats au départ ont « tout à fait intégré la part de risque dans leurs calculs », mais ils ont des raisons objectives de vouloir partir, la première étant le bas niveau des salaires en Algérie. « Cela les décourage de travailler. Ils savent qu’un emploi n’est pas synonyme d’indépendance », remarque le sociologue.

Quitter ses parents, avoir un logement et se marier est ici un luxe. Le coût de la vie est très élevé, l’Algérie produisant peu – hormis son gaz et son pétrole – et important presque tout. Or le salaire minimum n’est qu’à 12 000 dinars (moins de 120 euros). « L’Algérie a fait un choix politique en maintenant des salaires extrêmement bas, dans l’espoir d’attirer les entreprises étrangères », déplore Zine-Eddine Zemmour. Pour lui, si l’on veut avoir une chance de retenir les jeunes en Algérie, il faut rendre au travail sa valeur, en multipliant le niveau des salaires « au moins par trois ».

L’autre facteur qui encourage les migrants est que les pays européens ferment souvent les yeux sur le travail clandestin, tant ils manquent de main-d’oeuvre. En Espagne et en Italie, beaucoup de camps de transit où sont regroupés les clandestins se sont transformés en centres de recrutement où viennent puiser les employeurs pour du travail au noir. « Les jeunes migrants le savent et, bien souvent, loin de fuir ces camps, ils s’y rendent d’entrée de jeu, quand ils débarquent en Europe sans papiers, sachant qu’à terme il y a un petit espoir qu’ils obtiennent un emploi », explique encore Zine-Eddine Zemmour.

Y a-t-il une chance pour que les innombrables harragas portés disparus soient encore en vie ? Certains sont-ils en prison en Tunisie, au Maroc ou en Libye, après avoir dérivé en mer à bord de leurs barques, puis avoir été arrêtés par les gardes-côtes d’un pays voisin ? Kamel Belabed, porte-parole d’une cinquantaine de familles d’Annaba, s’en dit persuadé.

Lui qui a perdu un fils en mer, en avril 2007, garde un tout petit espoir. Aussi supplie-t-il les pays méditerranéens de prendre la peine d’échanger les informations dont ils disposent pour mettre fin à l’incertitude des parents. La première urgence, à ses yeux, serait de procéder à un recensement des candidats à l’émigration disparus en mer. « Il faudrait contacter les familles, écouter leurs témoignages et recueillir les photos de chaque harraga », plaide-t-il.

Mais le problème se complique en Algérie en raison du terrorisme. Les jeunes portés disparus sont toujours soupçonnés d’être montés au maquis grossir les rangs des islamistes armés. Aussi, les autorités algériennes ne sont-elles guère empressées de mener des recherches, même si elles se disent conscientes de la gravité du problème des harragas.

L’autre urgence serait plutôt du ressort des pays européens. « On devrait pratiquer des tests ADN sur les corps rejetés par la mer. C’est bien souvent la seule façon de pouvoir identifier les cadavres rendus méconnaissables par des semaines ou des mois dans l’eau », souligne Kamel Belabed.

Chaque fois qu’il apprend qu’en Espagne ou en Italie on a incinéré des corps d’inconnus retrouvés sur une plage sans pratiquer des tests ADN, Kamel Belabed se dit avec amertume : « Voilà encore des familles qui ne pourront jamais faire leur deuil. » Il se désespère qu’on parle tous les jours, dans ces conditions, de coopération méditerranéenne. Son voeu le plus cher ? « Qu’on commence par donner un visage humain à cette Union pour la Méditerranée dont on nous parle tant ! »

Florence Beaugé (Le Monde)

Publicités

Une Réponse

  1. je recherche mimoun mezoudji depuis 2005 merci

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :